PARTAGER

Accompagner les politiques publiques pour le milieu marin

Concernant les milieux marins, l’Agence française pour la biodiversité appuie la mise en œuvre de la stratégie nationale de création et de gestion des aires marines protégées et des directives européennes relatives au milieu marin : la Directive cadre stratégie pour le milieu marin (DCSMM) et les directives « Oiseaux » de 1979 et « Habitats, faune, flore » de 1992. L’Agence accompagne également d’autres politiques relatives à la protection du milieu marin en métropole ou en outre-mer.

 

Une stratégie pour la protection du milieu marin

Connaissance

A l’instar des milieux aquatiques et terrestres, l’Agence française pour la biodiversité contribue à la stratégie de connaissance du milieu marin (à travers la surveillance mise en place pour les directives européennes et l'organisation de campagnes d'acquisition de connaissances, notamment).

Gestion et soutien des aires marines protégées

L'Agence gère directement certaines aires marines protégées, tels que les parcs naturels marins, le sanctuaire des mammifères marins Agoa aux Antilles, certains sites Natura 2000. Elle apporte un appui technique aux gestionnaires d’aires marines protégées (AMP) et anime les réseaux de gestionnaires d’aires marines protégées à différentes échelles.

vignette_67_33
texte_p_67_33

Évaluation

Elle participe également au déploiement de la surveillance au niveau du territoire métropolitain et ultramarin, ainsi qu’à l’évaluation de l’état du milieu marin (à travers le tableau de bord des aires marines protégées et le tableau de bord des mers françaises, à l'échelle de grandes régions marines). L’ Agence française pour la biodiversité contribue à l’évaluation des services écosystémiques en mer, aux travaux de planification spatiale en mer, et à la définition d’objectifs environnementaux ainsi qu’aux activités d’évaluation dans le domaine socio-économique. Elle conduit et appuie des expertises sur l’impact des activités humaines sur la biodiversité marine. En lien avec les réseaux d’usagers ou d’acteurs économiques, elle anime des travaux techniques d’atténuation des impacts des usages et sensibilise les publics.

Une implantation de l'Agence au plus près des territoires

Les trois antennes de façade métropolitaines déclinent à l’échelle des façades maritimes, directement ou auprès des collectivités, associations, ou organismes professionnels, les missions de l’Agence. Elles sont particulièrement mobilisées pour la mise en œuvre des Directives Natura 2000 et DCSMM. Elles veillent à la cohérence et à la mutualisation des approches concernant ces différentes politiques ainsi qu’avec la politique maritime intégrée (documents stratégiques de façade, planification de l’espace marin). Les activités des antennes concernent la connaissance, la surveillance, l’évaluation, la réduction des impacts des activités humaines ou la sensibilisation. Les antennes apportent un appui aux gestionnaires des aires marines protégées de la façade, et animent localement le réseau de ces gestionnaires.

Dans l’océan Pacifique, les antennes de Nouvelle-Calédonie et de Polynésie française interviennent dans le cadre de conventions-cadres avec ces collectivités. Leur mission est d’appuyer les collectivités dans leur politique de protection du milieu marin, en particulier en ce qui concerne les aires marines protégées. Pour ce faire et selon les différents contextes, des projets particuliers peuvent être développés notamment sur la connaissance, la surveillance, l’évaluation, la gestion, la sensibilisation et l’éducation à l’environnement ainsi qu’à un niveau plus stratégique (planification, création d’AMP).