PARTAGER

Audience réservée civelles du 12 septembre 2017 au tribunal de Nantes

Milieu aquatique
Police de l'environnement

Premières peines d’emprisonnement pour les braconniers de civelles et d’anguilles.

Treize prévenus étaient invités à comparaitre mardi 12 septembre au tribunal correctionnel de Nantes pour avoir été interpellés la saison passée de février à mars 2017 en flagrant délit de braconnage de civelle et d’anguille, par des inspecteurs de l’environnement de l’Agence française pour la biodiversité dans le cadre d’opération interservices. Seuls trois d’entre eux avaient fait le déplacement. 

Pour la première fois, des peines de prison avec sursis et de la prison ferme ont été prononcées pour les délinquants multirécidivistes. Cet alourdissement des peines, qui se veut dissuasif, a été rendu possible par la loi pour la reconquête de la biodiversité du 8 août 2016. 

Les autres peines ? Des amendes pénales allant de 200 euros à 2000 euros et des frais de dommages et intérêts pour les parties civiles (Fédération de pêche et association Eaux et rivières de Bretagne). Dans tous les cas, le matériel de pêche saisi a également été confisqué et les poissons capturés remis à l’eau.

Poche interceptant le flux de civelle saisie dernièrement en Loire Atlantique @ Patrick Lapoirie – AFB
Poche interceptant le flux de civelle saisie dernièrement en Loire Atlantique @ Patrick Lapoirie – AFB