PARTAGER

Bonnes pratiques environnementales sur les chantiers : rencontre fructueuse entre les travaux publics et l’environnement

Sensibilisation
vignette_67_33
texte_p_67_33

Comment éviter et réduire l’impact des chantiers sur les milieux aquatiques et humides ?
C’est pour répondre à cette problématique que depuis deux ans, l’Agence française pour la biodiversité, le Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema), le ministère de la Transition écologique et solidaire, le bureau d’études Biotope et de très nombreux acteurs des travaux publics ont engagé une réflexion collective.

L’objectif : diffuser les bonnes pratiques environnementales sur les chantiers. Premier livrable de cette réflexion : un guide technique, disponible fin 2017, qui présente les modalités d’anticipation des risques environnementaux sur les chantiers, via notamment l’approche « multi-barrières », et différentes techniques, dont certaines novatrices, de lutte contre l’érosion des sols décapés, de gestion des ruissellements superficiels et de traitement des sédiments (ou autres polluants physico-chimiques).

A la publication de ce guide est associé un programme de formation. Ainsi, une première session a été organisée cet automne en Corrèze par l’Agence française pour la biodiversité, en partenariat étroit avec l’Ecole d’application aux métiers des travaux publics (EATP) d’Egletons et le Cerema, ainsi qu’avec la collaboration d’Eiffage, du Centre de documentation, de recherche et d'expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux (Cedre) et du bureau d’étude Grena Consultant.

Une quinzaine de stagiaires a pu découvrir les différents dispositifs, en lien avec l’approche multi-barrières, qu’ils ont pu tester eux-mêmes sur une plateforme technique de chantier. Cette formation ayant visiblement reçu un haut niveau de satisfaction sera renouvelée en 2018 !