PARTAGER

Conseil d’administration : retour sur le parc éolien en mer Dieppe-Le Tréport

Milieu marin
Parcs naturels marins
vignette_67_33
texte_p_67_33

À l'occasion du conseil d’administration de l’Agence française pour la biodiversité (AFB) qui s'est tenu le 27 novembre 2017, la question du Parc éolien en mer "Dieppe le Tréport" a été abordée. 

Ce projet, porté par la société Éoliennes en mer Dieppe-Le Tréport (EMDT), et dont l’actionnariat est constitué des sociétés ENGIE, EDP Renewables et de la Caisse des dépôts, présente en effet la particularité d'avoir la partie nord-est de son périmètre dans le Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d’Opale, sous la compétence de l’Agence française pour la biodiversité.

Le 20 octobre dernier, le conseil de gestion du Parc naturel marin a rendu un avis défavorable sur ce projet, après analyse conjointe des impacts sur le milieu marin et des propositions de mesures visant à éviter, réduire et compenser les risques pour celui-ci. 
Cet avis a été présenté aux administrateurs de l’Agence française pour la biodiversité par le président du conseil de gestion du Parc, M. Dominique Godefroy.

À cette occasion, le commissaire du Gouvernement a indiqué que le porteur de projet avait manifesté sa volonté d'améliorer le projet pour tenir compte des réserves émises. 

Le Président  du Conseil d'administration de l'AFB, M. Philippe Martin, tenant compte de ces éléments nouveaux, a proposé que la société EMDT soit auditionnée par celui-ci en décembre afin qu’elle puisse présenter les aménagements qu’elle envisage d’apporter au projet.

Le Conseil d’administration se réunira ensuite pendant le 1er trimestre 2018 pour rendre un avis définitif sur ce projet.

Philippe Martin a tenu à préciser que la qualité et l’ampleur de ces propositions complémentaires seront déterminantes pour fonder la position du Conseil d’administration, et que d’autres projets d’énergies marines renouvelables (EMR) ont, dans un passé récent, fait l’objet d’avis favorables - (comme dans le Parc naturel marin d’Iroise) ou d’accompagnement (comme au Parc naturel marin du golfe du Lion),- après que les enjeux environnementaux et de développement durable portés par les parcs naturels marins aient fait l'objet d'une prise en compte sérieuse.