PARTAGER

La gestion de la sécheresse en 5 questions – réponses !

Connaissances
Sensibilisation
vignette_67_33
texte_p_67_33

La vigilance est de rigueur. Après un hiver trop sec et un printemps trop chaud, les conditions sont réunies pour que la France soit touchée par la sécheresse dans les semaines à venir. Comment survient ce phénomène ? Comment est-il géré ? Quel est le rôle de l’Agence ? Tout comprendre en 5 questions/réponses. 

Qu’est-ce que la sécheresse ?

La sécheresse résulte souvent d’un manque de pluie. Elle survient lorsque la quantité de pluie est nettement inférieure aux normales saisonnières. Lorsque le manque de pluie survient en hiver ou au printemps, il empêche le bon remplissage des nappes phréatiques (« réserves » d’eau souterraines) qui s’effectue d’habitude à cette période de l’année. 
La sécheresse peut être accentuée par des températures élevées, notamment en été, qui provoquent un assèchement des sols et l’évaporation plus importante de l’eau disponible.

Quel est le contexte cette année ? 

Depuis le mois de juillet 2016, les précipitations sont déficitaires sur la France, à l'exception des mois de novembre et mars. Après un hiver très sec, les pluies du mois de mars n'ont offert qu'un petit répit, bien insuffisant pour recharger correctement les nappes phréatiques.

  • Même s’il se mettait à pleuvoir, cela restera insuffisant pour recharger les nappes souterraines. En effet, au-delà du mois d’avril, l’eau de pluie est essentiellement absorbée par les plantes, en pleine croissance, ou s’évapore à cause de la chaleur. 

Comment est gérée la sécheresse ? 

Pour garantir une quantité d’eau suffisante pour chaque usage (agricole, industriel, collectivité, eau potable…) et pour assurer une vie aquatique satisfaisante pour la faune et la flore, des niveaux de seuil à ne pas franchir (débit réservé) dans les cours d’eau sont déterminés chaque année, dans le cadre des plans de contrôle départementaux.

Ainsi tout au long de l’année, la pluviométrie, la quantité d’eau dans les rivières, le niveau des nappes phréatiques, le taux d’humidité des sols… sont enregistrés et font état d’une synthèse hydrologique mensuelle. 

Tous les 25 du mois de mai à septembre, les agents de l’Agence française pour la biodiversité suivent les écoulements. 

Trois critères permettent de décrire la situation : 

Protocole ONDE / Agence française pour la biodiversité
Protocole ONDE / Agence française pour la biodiversité

Quand la situation demande une certaine vigilance, les préfets de départements convoquent des comités sécheresse pour analyser ces informations et prendre des décisions de restrictions d’usages (arrêtés préfectoraux)

Que se passe-t-il quand les seuils sont atteints ?

Dès que les seuils sont atteints, les préfets de départements enclenchent des mesures de restrictions, limitées dans le temps et sur un périmètre précis. 

L'objectif ? Préserver les usages prioritaires de l'eau : eau potable, santé, sécurité civile, préservation des écosystèmes aquatiques.  

Ces mesures sont progressives : elles vont de la limitation des prélèvements d'eau à l'interdiction complète selon les contextes locaux .

  • Vigilance : Information et incitation aux économies d'eau
  • Alerte : Réduction des prélèvements à des fins agricoles inférieure à 50% (ou interdiction jusqu'à 3 jours par semaine), mesures d'interdiction de manœuvre de vanne, d'activité nautique, interdiction à certaines heures d'arroser les jardins, espaces verts, golfs, de laver sa voiture, ...
  • Alerte renforcée : Réduction des prélèvements à des fins agricoles supérieure ou égale à 50% (ou interdiction supérieure ou égale à 3,5 jours par semaine), limitation plus forte des prélèvements pour l'arrosage des jardins, espaces verts, golfs, lavage des voitures, ..., jusqu'à l'interdiction de certains prélèvements 
  • Crise : Arrêt des prélèvements non prioritaires y compris des prélèvements à des fins agricoles. Seuls les prélèvements permettant d'assurer l'exercice des usages prioritaires sont autorisés (santé, sécurité civile, eau potable, salubrité)

Source : Propluvia

vignette_67_33
texte_p_67_33

Quel est le rôle de la police de l’eau ? 

Dans chaque département sous l’autorité du préfet, la mission interservices de l’eau et de la nature, dont fait partie l’Agence française pour la biodiversité, pilote les stratégies de contrôle à mettre en œuvre sur leur périmètre.  

Sensibilisation à la réglementation, contrôle des prélèvements et du maintien d’un niveau minimum dans les cours d’eau… les  inspecteurs de l’environnement répartis sur tout le territoire veillent au quotidien au respect des mesures de restrictions. Ils sont ainsi habilités à constater les infractions et à évaluer les dommages subis.