PARTAGER

Une journée sur le terrain pour sensibiliser les magistrats de l’Allier

Milieu aquatique
Sensibilisation

Pollutions diffuses, prélèvement de la ressource en eau, espèces exotiques envahissantes ou encore détérioration physique des rivières, ce sombre tableau a été présenté aux six magistrats de l’Allier en présence du secrétaire général de la préfecture et du directeur départemental des territoires le 25 septembre dernier.

Cette journée de sensibilisation était co-organisée par le service départemental de l’Agence française pour la biodiversité et la direction départementale des territoires.

Les objectifs de la journée ? Exposer les impacts que peuvent avoir les activités humaines sur les milieux aquatiques, présenter les missions des services départementaux de l’Agence, de la connaissance à la police de l’environnement, et aider les magistrats à mieux prendre en compte les atteintes aux milieux aquatiques dans leur jugement. Des objectifs essentiels pour préserver la biodiversité et la ressource en eau.

Exposer concrètement les différentes pressions sur les milieux 

Les activités humaines, toutes confondues, exercent des pressions sur les milieux naturels. 

  • Protéger la qualité et la quantité de la ressource en eau 

La visite d’une station de pompage d’eau potable a permis d’exposer aux magistrats la problématique, de plus en plus prégnante, des pollutions diffuses à proximité des aires de captage. Une pression qui n’est pas sans impact sur la santé humaine et le coût de traitement de l’eau. 

Ils ont été particulièrement sensibles à l’impact des plans d’eau qui transforment un cours d’eau en un milieu stagnant.

Ces pièces d’eau détériorent la qualité de l’eau (hausse de la température, baisse du taux d’oxygène), participent à la diminution de la ressource en eau (évaporation...) et favorisent la prolifération des espèces envahissantes notamment lors des vidanges.

D’ailleurs, ils ont pu assister à une pêche à l’électricité qui permet de mettre en évidence la majorité des espèces de poissons présentes dans le milieu.

Résultat ? Des espèces patrimoniales (anguille, vandoises, lotte de rivières) côtoient des espèces susceptibles de provoquer des déséquilibres écologiques (poissons chats, perches soleils) et/ ou classées comme espèces exotiques envahissantes (EEE) par le règlement européen d’octobre 2014 (écrevisses américaines, et prochainement perches soleil).

Toutes ces espèces allochtones ont été introduites accidentellement dans le milieu au grès des activités anthropiques (pêches, aquariophilie...) Notons que les cours d’eau de l’Allier (Sioule, Allier, Besbre, Loire...) sont des axes stratégiques pour les poissons migrateurs qui remontent dans nos rivières pour se reproduire. Le saumon atlantique est localement l’espèce la plus emblématique.

  • Assurer la libre circulation des espèces 

En parlant de poissons migrateurs, la thématique de la continuité écologique leur a été présentée avec la visite d’une microcentrale hydroélectrique équipée d’une vis d’Archimède et d’une passe à poissons qui facilitent la circulation des espèces aquatiques. Ancien point noir pour la continuité écologique, le propriétaire a remis son installation aux normes, preuve que l’on peut concilier activités économiques et respect de l’environnement avec un investissement financier raisonnable.

  • Préserver la dynamique des cours d’eau

Un cours d’eau a une dynamique naturelle avec ses lits mineur et majeur, ses méandres, ses bancs et ses berges végétalisées. Une dynamique qui permet d’atténuer l’impact des crues en ralentissant la vitesse d’écoulement et en offrant des habitats diversifiés pour la vie aquatique.

La visite d’une zone d’enrochement stabilisant les berges de l’Allier a permis d’illustrer l’impact de ce type de protection artificielle qui est ponctuellement nécessaire mais dont l’usage doit-être limité.

Pourquoi ? 

  • L’enrochement des berges bloque l’étalement latéral de l’eau lors des crues. L’énergie de l’écoulement se renforce et augmente l’intensité et l’impact des crues à l’aval.
  • Cela détériore la biodiversité en artificialisant et en réduisant les habitats, et en supprimant la libre circulation des espèces. 

Quel est le rôle de l’agence ?

Cette journée de sensibilisation a permis de montrer aux magistrats les missions qu’exercent au quotidien les agents de l’Agence française pour la biodiversité et leur importance :

  • Une connaissance fine du fonctionnement des milieux naturels 
  • Un appui aux services déconcentrés de l’état 
  • Une police corrective pour préserver l’eau et la biodiversité, notre patrimoine commun 

Très sensibles aux enjeux de préservation des milieux aquatiques et de la ressource en eau ainsi qu’aux principes de non dégradation et de remise en état des milieux, cette journée a permis également de montrer aux magistrats la complémentarité qui existe entre l’Agence et les services de l’Etat.