PARTAGER

Agir pour la préservation des continuités écologiques

Dans notre pays densément peuplé et fortement aménagé, les espaces naturels sont artificialisés et fragmentés. Dans les milieux naturels résiduels, isolés les uns des autres par les villes, les infrastructures et les cultures intensives, le fonctionnement des écosystèmes est perturbé et par exemple les animaux sont confrontés à des obstacles insurmontables qui les empêchent de rejoindre leurs sites de nourrissage, de repos ou de reproduction, ce qui conduit à un appauvrissement génétique et à un effondrement de leurs populations. Le seul moyen de conserver une nature biodiverse et fonctionnelle est de préserver suffisamment d'espaces de nature en bon état de conservation (les réservoirs de biodiversité : parcs nationaux, réserves naturelles, forêts (semi)naturelles, landes, zones humides...) et de les relier par des corridors permettant aux espèces de circuler, de se reproduire et de se nourrir. 
 

vignette_67_33
texte_p_67_33

Depuis une quinzaine d'années, s'est développée une nouvelle ingénierie pour :

  • planifier les usages de l'espace en intégrant les connectivités écologiques,
  • effacer les obstacles,
  • mettre en place des corridors, et
  • rendre les villes, les infrastructures et les parcelles cultivées plus « perméables » à la présence de la nature.

Ce nouveau savoir technique doit être consolidé par la recherche scientifique, développé par l'échange d'expériences et diffusé par la formation et la mise à disposition d'outils techniques, autant de missions prises en charge par l'Agence française pour la biodiversité et ses partenaires.

Plus d'infos : www.trameverteetbleue.fr