PARTAGER

Etape 19 : Embrun > Salon-de-Provence

Les sites de la Crau

En Provence, entre Alpilles et Camargue, s’étend la plaine de la Crau. Dernière steppe méditerranéenne d’Europe, d’une grande fragilité, elle est le berceau d’une activité pastorale importante.

    vignette_67_33
    texte_p_67_33

    La Crau est le delta fossile de la Durance qui y a déposé pendant 4 millions d’années des galets arrachés aux massifs alpins. Il y a 75 000 ans, lorsque la Durance se retire, elle laisse derrière elle cette immense étendue de galets. Cette steppe semi-aride est localement appelée « Coussoul », du latin cur-sorium « parcours ».

    En 1559, l’ingénieur d’Etat Adam de Craponne initie des travaux de construction de canaux qui ramènent l’eau de la Durance en Crau. Les canaux acheminent également des limons fertiles qui rendent le sol propice à l’installation de prairies de qualité, aujourd’hui labellisées par une AOC « foin de Crau ».

    Une richesse faunistique sans pareille

    Avant-poste des steppes d’Afrique du Nord, la Crau abrite une grande richesse biologique originale. Les chiffres parlent d’eux même : sur 470 espèces d’oiseaux visibles en France, 300 le sont en Crau. Le site est d’ailleurs la seule station française du ganga cata !

    Il accueille également une grande partie des effectifs français de certaines espèces d’oiseaux comme l’outarde canepetière, le faucon crécerellette, l’alouette calandre ou l’œdicnème criard.

    La Crau n’en est pas de reste en ce qui concerne les insectes avec ses 500 espèces de papillons et 40 espèces de criquets et sauterelles.

    Parmi ces espèces, le criquet de Crau, en danger critique d’extinction, est une espèce endémique de la Crau: il n'existe nulle part ailleurs dans le monde ! Même s’il s’agit du plus gros criquet de France, c’est un as du camouflage : il faut en moyenne 2 heures à un observateur pour le détecter sur une surface de 9 m² !

    Par ailleurs, le canal de Vergière est de renommée internationale pour les 49 espèces de libellules (sur 80 espèces en France) qu’il concentre.

    Une plaine sous pression justifiant des protections

    Sur les 60 000 ha originels de la plaine de Crau, seuls 8 500 ha de Coussouls vierges subsistent, derniers vestiges d’une steppe qui ne peut se régénérer suite à une perturbation du sol due aux cultures et aménagements. Cette forte régression a suscité une volonté forte de préserver cet espace de grande qualité, au travers : 

    • de sites Natura 2000 : ce périmètre de préservation de la Crau s’étend sur plus de 43 000 ha de Coussouls et de prairies de foin de Crau. Il vise le maintien des habitats et espèces de la Crau dans un bon état de conservation, tout en tenant compte des aspects sociaux, économiques et culturels du territoire ;
    • d’une réserve naturelle nationale « Coussouls de Crau » : créé en 2001, cet espace de protection à forte portée réglementaire recouvre près de 7 500 ha de Coussouls vierges ou dégradés. Il est cogéré depuis 2004 par le Conservatoire d’Espaces Naturels de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur et la Chambre d’Agriculture des Bouches du Rhône. En plus d’être une zone de protection, la réserve est aussi un territoire d’expérimentations, d’inventaires et de suivis scientifiques permettant d’améliorer la connaissance et d’adapter la gestion faite du territoire.