PARTAGER

Etape 2 : Düsseldorf > Liège

D’une superficie totale de 570 ha, le site Natura 2000 Vallée de la Gueule en aval de Kelmis se compose de plusieurs zones non-jointives réparties dans la région des trois frontières. En dehors des milieux forestiers, il comporte également des milieux ouverts, comme des prés de fauche, des prairies à reines des prés en fond de vallée, ou encore des pelouses calaminaires comme à Plombières. 

Un terrain plombé

Le site de Plombières est un terril ou une halde calaminaire, c’est-à-dire un dépôt de résidus d’exploitation minière, de plomb et de zinc principalement. 
Comment un tel site peut-il être un habitat naturel ? En fait, il s’agit d’un habitat secondaire, résultant des activités minières de l’homme et recréant les conditions très particulières d’un habitat naturel primaire excessivement rare que l’on trouvait sur des roches riches en minerais aujourd’hui disparues suite à leur exploitation.

vignette_67_33
texte_p_67_33

Une pelouse calaminaire

Ces pelouses sont caractérisées par une végétation très rase et par l’absence d’arbres ou d’arbustes. Sur ces terrains contaminés, seules quelques plantes parviennent à se développer sans pour autant recouvrir entièrement le sol dont de larges zones restent apparentes.

C’est la présence de zinc et de plomb en grande quantité dans le sol qui empêche les arbres de pousser et laisse donc un paysage ouvert. Cependant, par endroit, la pluie a emporté une partie des dépôts, la teneur en métaux lourds est moindre et une forêt claire de bouleaux et de saules reprend place.

Des plantes qui aiment les sols métalliques !

Quelques plantes seulement parviennent à se développer sur ces terres chargées en minerais. Certaines ne poussent que sur ces sols et dominent sur les zones les plus contaminées : ce sont des plantes dites « métallophytes ». On y retrouve le silène, le tabouret et la fétuque calaminaires, le gazon d’Olympe et surtout la violette calaminaire. Cette petite fleur jaune y fleurit en tapis denses entre avril et août.

Violette et papillon

La violette calaminaire accueille les œufs et nourrit les chenilles d’un joli papillon que l’on peut observer à Plombières : le petit nacré. Ce papillon est facilement reconnaissable aux larges taches nacrées au revers de ses ailes tandis que le dessus est orange, marqué de taches noires et rondes. Intégralement protégé en Wallonie, il vit dans les pelouses calaminaires mais fréquente aussi les friches ou les prairies riches en violettes sauvages.

Le site de Plombières accueille encore bien d’autres espèces de papillons (plus d’une trentaine) mais aussi d’autres insectes tels les abeilles ou les criquets. On y rencontre aussi beaucoup d’oiseaux : le long de la rivière, la bergeronnette des ruisseaux, le cincle plongeur ou le martin pêcheur chassent.