PARTAGER

L'Agence française pour la biodiversité est créée !

vignette_67_33
Un agent des parcs nationaux observe des champignons dans les sous-bois aux abord du lac des Pise (Parc National des Cévennes, classé au patrimoine mondial de l'UNESCO) Lieu de prise de vue : Lac des Pise - Crédit : DAMOURETTE/COEURS DE NATURE/SIPA
Abeille sauvage - Réserve naturelle de l'Estuaire de la Seine au Havre.  Crédit : Meigneux / Coeurs de nature / SIPA
Agrion élégant - Réserve naturelle de l'Estuaire de la Seine au Havre. Crédit : Meigneux / Coeurs de nature / SIPA
texte_p_67_33

Le 23 décembre dernier, Ségolène Royal, Ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer a signé le décret de création de l’Agence française pour la biodiversité. Ce décret, également signé par Barbara Pompili, secrétaire d’Etat à la Biodiversité, a été publié au JO le 27 décembre. Il créé l’Agence française pour la Biodiversité au 1er janvier 2017. 

L’Agence française pour la biodiversité regroupe donc désormais les compétences des femmes et des hommes issus des établissements fondateurs :

  • l'Agence des aires marines protégées (AAMP),
  • l'Atelier technique des espaces naturels (Aten),
  • l'Office national de l'eau et des milieux aquatiques (ONEMA),
  • Parcs nationaux de France (PNF).

Ils seront prochainement rejoint par les personnels de la fédération des conservatoires botaniques nationaux et des personnels du Museum national d'Histoire naturelle (MNHN). 

L'action de l'Agence française pour la biodiversité s'inscrit dans la continuité de l'action de ces organismes. Les nouvelles missions seront progressivement déployées en appui des politiques publiques liées à la biodiversité. D'abord avec une feuille de route 2017, puis via un contrat d'objectif et de performance qui interviendra à partir de 2018. L'Agence française pour la biodiversité est partenariale : une agence qui fait et une agence qui aide à faire.

Une agence cœur de réseaux, qui travaille avec la société civile, les acteurs socio-économiques, les collectivités, et qui mobilisera les citoyens, pour donner à la biodiversité la place qui est la sienne : le fondement sur lequel nous reposons et dont notre avenir dépend.