PARTAGER

"Pêcheurs d'Iroise", un livre mémoire des métiers de la mer

Milieu marin
Presse
Sensibilisation
vignette_67_33
texte_p_67_33

Depuis 2015, le Parc naturel marin d'Iroise recueille les témoignages de pêcheurs professionnels à partir d'entrevues réalisées par les agents du parc et le Comité départemental des pêches du Finistère. Parallèlement, un reportage photographique a été réalisé par Nedjma Berder.

Ces paroles de pêcheurs et les sublimes photographies de Nedjma Berder sont réunies dans l'ouvrage "Pêcheurs d'Iroise", paru aux éditions Ouest France. Ce projet a été réalisé en partenariat avec le Comité départemental des pêches du Finistère.

Comment définir l’ouvrage « Pêcheurs d’Iroise » ?

Un livre sur la pêche professionnelle en mer d’Iroise ? Pas vraiment.

Un beau livre illustré en mer d’Iroise ? Pas seulement.

« Pêcheurs d’Iroise » est une histoire collective, de rencontres, de découverte, d’inattendus, écrite pour vous par ceux qui la vivent.

Quel point de départ pour ce projet initié par le Parc naturel marin d’Iroise ?

vignette_67_33
texte_p_67_33

Ces femmes et ces hommes dont le métier est ou était marin-pêcheur.

La profession de marin pêcheur est fortement ancrée dans le patrimoine culturel maritime finistérien, voire breton de manière générale. Si fortement ancrée, qu’on pense bien la connaître ; qu’on en cultive même quelques à priori et certains clichés.

C’est quoi être marin pêcheur ? C’est quoi être marin pêcheur en Iroise ?

Pour y répondre qui de mieux placés que les premiers concernés, c’est-à-dire les pêcheurs eux-mêmes ?
Pour cela, pendant presque 2 ans, les agents du Parc naturel marin d’Iroise et le Comité départemental des pêches du Finistère ont recueilli et enregistré, lors d’entretiens bilatéraux, les témoignages de 43 pêcheurs professionnels.

À partir de ces enregistrements, il aurait été facile de réécrire la vie et le parcours de chacun en employant la 3ème personne du singulier.

Ce n’était pas l’objectif.

Ce que vous lirez dans « Pêcheurs d’Iroise », ce sont donc les paroles de ces professionnels, avec leurs mots, leurs expressions.

À ces mots, nous voulions associer un visage, une image, un paysage. Pour cela, un travail photographique a été réalisé en parallèle par le photographe Nedjma Berder.

Il n’y a pas un pêcheur d’Iroise, mais des pêcheurs d’Iroise

Cette profession se conjugue au pluriel. Elle est diverse de par ses métiers : casier, filet, ligne, récolte des algues, pêche à pied…

Elle se conjugue au passé, au présent et au futur. Elle se transmet de générations en générations. Pour certains, c’était une évidence de devenir pêcheur car c’est inscrit dans leurs gênes ; d’autres y sont venus par passion ; certains par hasard…

Elle se conjugue au féminin. Il y a les compagnes, les épouses qui s’occupent de la vente, qui gèrent les aspects administratifs, … Et il y a celles dont c’est le métier.

Il y a des différences certes mais un point commun : la mer d’Iroise. Il y a l’émerveillement perpétuel de ses paysages mais aussi la rudesse des conditions de travail.

Il y a le lien qui rattache ces femmes et ces hommes à cette mer, ce qui les fait vivre : la ressource ; leur rapport avec le milieu naturel et l’environnement. Il y a ceux qui sont pessimistes pour les générations futures, il y a ceux qui sont conscients du devoir d’agir dès maintenant pour avoir une ressource qui se porte bien…

Écoutez les pêcheurs d'Iroise :

Avant de les découvrir dans "Pêcheurs d'Iroise", écoutez des extraits des témoignages de quelques pêcheurs :
 

Le Parc naturel marin d’Iroise a souhaité que chaque pêcheur ayant participé à l’ouvrage soit remercié. Pour cela, ils ont tous été reçus, en famille et avec leurs équipages, à Plougonvelin et à Douarnenez, pour découvrir le livre.

> en savoir plus