PARTAGER

Rapport de l'Observatoire des services publics d'eau et d'assainissement

Milieux aquatiques
Presse
vignette_67_33
texte_p_67_33

L’Observatoire des services publics d’eau et d’assainissement, mis en oeuvre par l’Agence française pour la biodiversité avec l’appui des services de l’État, vient de publier son huitième rapport sur les données 2016 des services publics d’eau et d’assainissement.

Ce rapport (et ses différents documents annexes) a vocation à présenter un panorama de l’organisation et de la performance des services publics d’eau, d’assainissement collectif et non collectif.

 

Prix et qualité de l'eau

Ce rapport montre une excellente qualité de l'eau potable en France avec des taux de conformité bactériologique et physico-chimique stables (autour de 98%) pour l'année de 2016. Le prix moyen du mètre cube d'eau potable et de l'assainissement collectif et également stable par rapport à l'année précédente et se situe à 4,03 €/m3.

La part des dépenses d'eau dans les ménages représente en moyenne 1% de leur budget avec des disparités variant du simple au double en fonction des régions.

Mise en oeuvre du décret "fuites" issu du Grenelle de l'environnement

Depuis 2013, ce décret s'applique aux collectivités locales avec pour objectif de réduire les fuites dans les réseaux d'eau potable. Il leur impose de mieux connaître leurs réseaux et d'avoir un seuil minimum de rendement (rapport entre les volumes d'eau consommés et le volume d'eau introduit dans le réseau de distribution). Ce rendement progresse mais faiblement passant de 79,7 % en 2015 à 79,9%. 18 % des services n'ont pas atteint le seuil de rendement (20 % entre 2013 et 2015).

Connaissance des réseaux

La connaissance des réseaux d’eau potable, exprimée par l’ICGP (Indice de Connaissance et de Gestion Patrimoniale), est en léger progrès : elle est évaluée en 2015 à 96 points (contre 94 points en 2015 pour un maximum de 120 points). La connaissance des réseaux d’assainissement progresse également, avec 58 points (57 points en 2015 pour un maximum de 120 points), mais reste plus faible que pour l’eau potable.