PARTAGER

Rencontre avec la Ministre australienne de l'environnement

Presse
Vie de l'établissement
vignette_67_33
texte_p_67_33

Pierre Dubreuil, futur directeur de l'Office français de la biodiversité (OFB) a rencontré, le mardi 17 décembre, la Ministre australienne de l’environnement Sussan Ley.

Cette entrevue s'est déroulée dans les locaux du ministère de la Transition écologique et solidaire.

Une biodiversité riche mais menacée

L'Australie possède une biodiversité unique caractérisée par une très grande part d'espèces endémiques. 85% des plantes à fleurs, 84% des mammifères et 45% des oiseaux qui composent la diversité biologique de l'Australie ne sont présent que sur ce territoire. La vulnérabilité de ces espèces conduit l’Australie à avoir le plus fort taux d’extinction de mammifères au monde. En janvier, l’OCDE a estimé que la performance environnementale de l’Australie était « mauvaise et allant en s’empirant », critiquant notamment l’absence de stratégie à long terme en faveur de la biodiversité. L’Australie est actuellement en proie à des incendies sans précédent liés à une vague de chaleur et à la sécheresse. Ces feux sont particulièrement concentrés sur la côte est (Nouvelle-Galles du Sud), important réservoir de biodiversité et concentrant plusieurs parcs nationaux. 80% de l’habitat des populations de koalas est estimé avoir été détruit. A l’échelle nationale, plus de 2,7 millions d’hectares avaient brûlé au 11 décembre.

Dans ce contexte, la Ministre de l'environnement a sollicité une audience avec l’Office français de la biodiversité. Elle rencontrera également son homologue Elisabeth Borne.

Au programme de cette première prise de contact :

  • La présentation des missions du futur Office avec un focus sur le programme Ecophyto et l’octroi des permis de chasse.
  • Des échanges sur les menaces qui pèsent sur la biodiversité dans ces deux pays. L’Australie a partagé ses craintes sur les espèces exotiques envahissantes comme les chats, qui font des ravages sur les petits mammifères du territoire austral.
  • Un partage d’expérience sur la gestion des aires marines protégées pour lesquelles les deux pays envisagent de collaborer et notamment en Antarctique.

Les deux pays se rencontreront à nouveau au sommet de la Nouvelle Calédonie en avril, mais également lors du Congrès Mondial de la Nature à Marseille au mois de juin prochain et à la COP 15 à Kunming (Chine) en fin d'année.