Mener des campagnes scientifiques, l'exemple de Remmoa

L’Agence française pour la biodiversité conduit des campagnes d’acquisition de connaissances, en partenariat avec des scientifiques. L’objectif est de mieux connaître les milieux, les espèces et les écosystèmes. Les données de ces campagnes servent aussi à la gestion d’espaces protégés existants ou peuvent contribuer à la création de nouveaux.

 

 

Remmoa : campagnes de recensement des mammifères marins et autre mégafaune pélagique par observation aérienne

 

vignette_67_33
texte_p_67_33

Baleines, dauphins, cachalots, oiseaux, requins, raies… cette grande faune marine demeure encore aujourd’hui très mal connue.

Depuis 10 ans, le programme Remmoa recense par observation aérienne la répartition de ces espèces dans les eaux tropicales françaises.

Lors de survols aériens, des observateurs embarqués identifient notamment les zones les plus fréquentées par les différentes espèces ciblées et suivent l’évolution de ces populations dans le temps.

Les données recueillies dans le cadre du programme Remmoa contribuent à :

  • la connaissance scientifique des espèces du large ;
  • l’évaluation de la santé des écosystèmes marins (grâce au suivi des prédateurs supérieurs placés en haut de la chaîne alimentaire) ;
  • l’orientation des stratégies pour une meilleure protection et gestion du milieu marin dans les régions étudiées ;
  • le recueil de données sur les activités humaines (trafic maritime, pêche) et les macro-déchets.

Ce programme est coordonné par l’AFB, sous la responsabilité scientifique de l’observatoire PELAGIS (Unité mixte CNRS-Université de La Rochelle).

Cet état initial constitue une avancée majeure dans le domaine de la connaissance, y compris au niveau international. Les résultats apportent également des données essentielles pour la préservation de la grande faune marine et de la biodiversité des océans dans son ensemble.

 

Cycle 1 : de 2008 à 2015

Un premier cycle de campagnes s’est déroulé sur huit ans de 2008 à 2015 au large des quatre régions ultramarines tropicales : Antilles-Guyane, sud-ouest de l’océan Indien, Polynésie française et Nouvelle-Calédonie.

Son objectif : obtenir une vue d’ensemble de la répartition de cette mégafaune, située en haut de la chaîne alimentaire et donc indicatrice de l’état de santé des océans.

Originalité de Remmoa : les navires de pêche, de transport et les macrodéchets ont également été cartographiés.

Les résultats en chiffres

En quatre campagnes, 2 300 heures de vol et 267 000 kilomètres parcourus, les scientifiques embarqués à bord d’avions bimoteurs ont consigné plus de 70 000 observations dont :

  • > 2 000 observations de mammifères marins,
  • > près de 60 000 observations d’oiseaux,
  • > 1 700 observations de tortues,
  • > 2 100 observations de raies et de requins,
  • > 10 300 détections de macrodéchets.

 

Cycle 2 : à partir de 2017

Le deuxième cycle a commencé à l’automne 2017 aux Antilles et en Guyane. Il permettra, après comparaison avec les résultats de la première phase, d’avoir une idée de l’évolution des populations de ces prédateurs supérieurs et de disposer d’indices sur celui des océans.

Il doit aussi permettre de développer le caractère international du programme en associant de nouveaux pays et de faire évoluer en fonction les mesures de gestion mises en place ou à envisager.

Depuis 2018, l’AFB et son partenaire scientifique Pelagis travaillent à la programmation de la prochaine campagne qui devrait se dérouler durant l'hiver 2019-2020 dans le sud-ouest de l'Océan Indien.