PARTAGER

Appel à projets de recherche – Biodiversité des sols et agro-écologie

Appels à projets
Milieu terrestre
vignette_67_33
texte_p_67_33

L’agence française pour la biodiversité (AFB) lance le 1er juin 2018 un appel à projets de recherche (APR) pour soutenir des projets qui étudieront des pratiques agro-écologiques et itinéraires techniques favorables à la biodiversité des sols et à ses fonctions.

Comment répondre à cet appel à projets ?

Par cet appel à projets, l’AFB souhaite soutenir les acteurs de la recherche investis sur les questions de l’agro-écologie et de la préservation des sols, dans un contexte de transition écologique.

Cet appel à projets de recherche s’adresse à des porteurs de projet souhaitant constituer des consortiums de recherche appliquée pluridisciplinaires en écologie et agronomie. 

Les équipes pourront proposer des projets de recherche qui visent à étudier les pratiques agro-écologiques et/ou itinéraires techniques favorables à la biodiversité des sols et à ses fonctions afin de comprendre leurs interactions et d’évaluer leur dynamique.

Deux types de travaux seront privilégiés : 

  • des états des lieux de connaissances opérationnelles sur les pratiques agro-écologiques couramment mises en œuvre sur le territoire ;
  • des expérimentations au sein de réseau d’exploitations agricoles sur les pratiques innovantes, et ceci dans différents contextes agro-pédo-climatiques en France (Métropole comme Outre-mer). 

Ce programme est doté de 500 000 euros permettant de financer des projets de recherche à lancer en 2019 sur des durées de 1 à 4 ans

Les sols, réservoirs de biodiversité

A l’interface avec d’autres compartiments de la biosphère, les sols sont à la base d’une grande partie de formes de vie sur terre. La biodiversité des sols est encore peu connue et elle reste un champ de recherche à conforter, compte tenu de l'importance des enjeux écologiques et agronomiques qu'elle représente. 

Les sols sont une ressource menacée par l’accroissement des pressions anthropiques (IPBES, 2018). Certaines pratiques agricoles (labour intensif, usages intensifs de produits phytosanitaires et fertilisants), sont à l’origine des dégradations physiques des sols que sont l’érosion et le tassement, mais aussi des dégradations biologiques, avec une baisse de la biodiversité et de la matière organique des sols, avec des répercussions possibles sur le bilan global des gaz à effet de serre. 

D'autres pratiques agricoles dites agro-écologiques, au contraire, permettent de maintenir, voire de restaurer, la biodiversité des sols, et proposent de produire en optimisant au mieux les fonctions de l’écosystème « sol ». 

Dans la continuité des travaux menés ces dernières années (notamment par l’ANR, le MAA, le MTES, l’ADEME), l’AFB souhaite poursuivre le développement de connaissances sur ce compartiment essentiel de la biodiversité terrestre avec un focus particulier sur les écosystèmes agricoles dans l’objectif d’accompagner le développement de l’agro-écologie à l’échelle nationale.