Évolution des populations d’oiseaux communs : la disparition s’accélère

Milieu terrestre
Presse

Les derniers résultats de deux études de suivi des oiseaux (Muséum national d’histoire naturelle et CNRS), l'une menée à une échelle nationale, l'autre plus localement, viennent de sortir. Un même constat : les oiseaux des campagnes françaises disparaissent à une vitesse vertigineuse. En moyenne, leurs populations se sont réduites d’un tiers en 15 ans. Au vu de l'accélération des pertes ces deux dernières années, cette tendance est loin de s'infléchir…

Le Suivi Temporel des Oiseaux Communs (le STOC) est un programme de sciences participatives porté par le Muséum national d’Histoire naturelle qui produit des indicateurs annuels sur l’abondance des espèces dans différents habitats. Les relevés effectués en milieu rural mettent en évidence une diminution des populations d'oiseaux vivant en milieu agricole depuis les années 1990. Et les chiffres montrent que ce déclin s’est encore intensifié en 2016 et 2017.

Ce déclin frappe toutes les espèces d’oiseaux en milieu agricole, aussi bien les espèces dites spécialistes - fréquentant prioritairement ce milieu -, que les espèces dites généralistes - retrouvées dans tous les types d’habitats, agricoles ou non. Or d’après le STOC, les espèces généralistes ne déclinent pas à l’échelle nationale ; la diminution constatée est donc propre au milieu agricole, sans doute en lien avec l’effondrement des insectes.

> Retrouvez toutes les données du STOC publiées par l’Observatoire national de la biodiversité

 

Zoom sur quelques espèces :

  • L’alouette des champs, la fauvette grisette, le bruant ortolan : ont perdu plus d'un individu sur trois (-35%)
  • La perdrix : disparition de 8 individus sur 10