La Journée mondiale des océans c'est le 8 juin !

Événements
Milieu marin
Parcs naturels marins

Placée sous l’égide des Nations-Unies, la journée mondiale des océans  est avant tout l’occasion d’encourager les initiatives en faveur de la protection du milieu marin et de sensibiliser les différents publics à l’urgence de le préserver en modifiant nos pratiques et nos modèles.  Il en va du maintien de la vie marine mais aussi de la nôtre compte tenu des nombreux services que les océans rendent à l’humanité : oxygène, climat, ressources, apports pour la santé, cadre de vie et de loisirs...

A l’occasion de cette journée, l’Agence française pour la biodiversité est sur le pont : 
 

A Paris

> "Océan, avenir de l'humanité", une conférence animée par Gilles Bœuf, président du conseil scientifique de l'AFB et professeur à la Sorbonne, dans le cadre des conférences Roquelaure du Ministère de la Transition écologique et solidaire. Le 4 juin 18H30-20H,  Hôtel Roquelaure, 244 Bvd Saint Germain 75007- accès libre. 

 

En régions

Sur la façade Manche

> Armada de Rouen : l'AFB en partenariat avec l'ONCFS sera présente à l'Armada, le grand rassemblement de vieux-gréements de Rouen les 7 et 8 juin. Venez découvrir leurs actions en faveur de la protection du milieu marin, mais aussi de la biodiversité en générale.

 

> Comme chaque année,  le Parc naturel marin estuaires picards et mer d’Opale,  le Réseau océan mondial, la Communauté d’agglomération du Boulonnais, le centre de la mer Nausicaa se sont associés pour organiser le concours CLIP et CLAP pour la mer.  Ce concours propose au grand public et aux scolaires de tous âges de réaliser un clip de moins de deux minutes, au ton humoristique et portant un message de sensibilisation « qui donne envie d’agir pour préserver les ressources de la mer ». La remise des prix pour les lauréats aura lieu le 7 juin, à Nausicaa.

 

concours CLIP et CLAP pour la mer

Sur la façade Atlantique  :

> Parc naturel marin du Bassin d’Arcachon  :
Du 7 au 8 juin, le Parc naturel marin propose des rendez-vous autour du Bassin d’Arcachon pour sensibiliser le grand public aux milieux marins. L’après-midi du samedi 8 juin sera consacrée aux échanges en donnant la parole aux acteurs locaux.

 

Sur la façade Méditerranée :

Corse, Cap Corse

> Manifestation nautique à Capicursina en partenariat avec le Parc naturel marin du Cap Corse et l’Agriate du 8 au 10 juin.  

 

Les chiffres du déclin de la biodiversité marine

Toutes les études indiquent le déclin ou la dégradation alarmante des écosystèmes marins. La tenue du IPBES, sorte de  Giec de la biodiversité des Nations-Unies, en mai 2019 en France, en a fait le constat : 

  • 33 % des récifs coralliens, des requins et espèces associés et 1/3 des mammifères marins sont menacés. 
  • 66 % du milieu marin ont été significativement modifiés par l’action humaine.
  • 33% des populations de poissons commerciaux ont été exploités à des niveaux non durable et 60% au niveau maximum de pêche durable.
  • 245 000 km², soit plus de la surface du Royaume-Uni, sont considérés comme  des zones mortes  côtières suite à l’afflux d’engrais. 

Les principales causes de cette perte en biodiversité sont par ordre d’importance : les changements d’usages en mer, l'exploitation directe de certaines ressources ou organismes, le changement climatique, la pollution et les espèces exotiques envahissantes. Selon les prévisions de l’IPBES à 2100, le changement climatique pourrait provoquer une réduction de 3 à 10% de la production primaire organique des océans et entre 3 à 25% de baisse de productivité halieutique. 
 

Agir, Réagir 

Le rapport de l’IPBES souligne parmi d’autres quelques axes d’initiatives ou d’approches à développer pour reconquérir la biodiversité marine : 

  • Une  gestion des pêches qui prenne mieux en compte les interactions entre les différents écosystèmes (gestion écosystémique).
  • Une meilleure approche de l’aménagement du territoire pour limiter les conséquences sur le milieu marin.
  • Le renforcement du réseau d’aires marines protégées.
  • La protection et la gestion des zones clés de la biodiversité marine.
  • La réduction des pollutions par ruissellement dans les océans.

Et en France ? 

La France a une responsabilité particulière face au déclin de la biodiversité. Elle est présente dans trois océans et constitue la deuxième nation maritime en terme de superficie (+ de 10 millions de km²). Elle dispose de l’un des plus importants réseaux mondial d’aires marines protégés (AMP). Le président de la République a d’ailleurs annoncé lors de la clôture de l’IPBES en mai à Metz un objectif de 30% d’AMP dans les eaux françaises d’ici à 2022. Ci-dessous les quelques indicateurs de suivi du milieu marin de la France dans le cadre de l’objectif de développement durable 14 portant sur la vie aquatique, adopté par les Nations-Unis et signé par la France. 


(Source : MTES/CGDD/SDES - Insee)

Que fait l’AFB pour la protection du milieu marin ?

L’AFB contribue activement aux efforts engagés par la France pour la préservation de ses eaux marines : gestion ou appui aux gestionnaires d’aires marines protégées, appui à la mise en œuvre  Directive cadre Stratégie sur  le milieu marin, directive Natura 2000 en mer, stratégie nationale des aires marines protégées, campagnes de connaissance du milieu marin,  appui technique et financier aux acteurs de la mer du local au national, mobilisation des acteurs et de la société sur la protection des océans, coordination de projets européens, appui techniques aux négociateurs français à l’International.