L’une des plantes les plus rares et menacées d’Europe est en fleur !

Connaissances
Sensibilisation
vignette_67_33
texte_p_67_33

Le Panicaut vivipare (Eryngium viviparum) exhibe actuellement ses jolies fleurs bleu clair dans la commune de Belz dans le Morbihan, seul territoire où il est encore présent en France.

Une espèce menacée

Surnommé le « panda breton », le Panicaut vivipare est une plante en voie d’extinction, causée notamment par l’artificialisation des sols et l’abandon des pratiques agricoles traditionnelles (pâturage, étrépage). Cette espèce est répertoriée dans la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) avec le statut « En danger ».

Identifié comme une priorité par l’État, il fait l’objet d’un Plan national d’actions depuis 2012, coordonné par le Conservatoire botanique national de Brest. La préservation durable de l’espèce repose sur l’implication la plus large possible des acteurs locaux. Afin de valoriser ce réseau d’acteurs et mettre en avant cette plante rarissime, deux films ont été réalisés par le Conservatoire botanique.

Histoire végétale : le Panicaut vivipare
Regards d’acteurs sur la préservation du Panicaut vivipare

 

Le Panicaut vivipare

Le Panicaut vivipare est une plante herbacée de la famille des fleurs en ombelles (apiacées).  Avec ses feuilles fines et épineuses et ses fleurs bleues, le « panda breton » ne mesure que 15 centimètres de hauteur au maximum. Présent également en Espagne et au Portugal, on recense actuellement en France un peu plus de 10 000 individus repartis sur moins de 1 000m2 (estimation 2016).