Pêche électrique en Nouvelle-Calédonie : une expertise pour standardiser les protocoles

Connaissances
Milieux aquatiques
vignette_67_33
texte_p_67_33

L’Agence française pour la biodiversité (AFB) et l’Observatoire de l’environnement en Nouvelle-Calédonie (OEIL) collaborent pour établir une méthode standard de suivi des poissons et crustacés d’eau douce sur ce territoire d’outre-mer. Une mission d’expertise a eu lieu du 14 au 23 mai mobilisant des agents de l’AFB de métropole et de Nouvelle-Calédonie. C’est la première étape vers l’établissement d’un guide technique qui permettra une meilleure comparabilité des données à l’échelle du territoire.

Une mission de terrain et d’audit des techniques de suivi

Sur place, après une présentation de la mission aux partenaires, l’expertise a commencé par une visite de nombreux cours d’eau de la Grande Terre qui ont pu dévoiler toutes leurs spécificités :

  • nord-est de l’île marqué par un relief important présentant des alternances de vasques et de cascades,
  • ouest de l’île présentant des rivières de grandes plaines.

Cette variété rend difficile la mise en œuvre d’une méthode d’échantillonnage standard sur l’ensemble des cours d’eau de Nouvelle-Calédonie.

Le cœur de la mission a pris la forme d’un « audit » des protocoles de pêches électriques mis en œuvre par les opérateurs locaux. Après une phase d’entretiens, des pêches expérimentales ont été réalisées sur les rivières Kwë, Trùù et le Creek Baie Nord. Ces pêches ont permis dans un premier temps d’observer les pratiques habituelles mais aussi de tester sur ces cours d’eau les standards de pêches partielles tels qu’appliqués en métropole, notamment sur les milieux de plus grande taille.

Un guide technique adapté aux spécificités des rivières calédoniennes

Les normes métropolitaines peuvent ne pas s’appliquer efficacement sur certains types de cours d’eau de Nouvelle-Calédonie du fait de spécificités locales. De plus, les inventaires piscicoles des cours d’eau prescrits par les autorités calédoniennes dans le cadre de suivis règlementaires, d’études d’impact ou à des fins de connaissance, sont réalisées par des prestataires privés interprétant à leur façon indépendante ces normes. Cette variabilité limite l’interprétation des données obtenues.

Conclusions de la mission

Les premières conclusions de la mission d’expertise montrent que, dans un premier temps, de nombreux points techniques peuvent être harmonisés entre les différents prestataires.

L’expertise révèle également la difficulté d’échantillonner les peuplements de poissons de Nouvelle-Calédonie qui présentent de très faibles densités de poissons par rapport à ce que l’on connaît en métropole. La pêche électrique ne serait pas toujours la meilleure méthode à employer selon les types de cours d’eau. Par exemple, elle n’apparait pas adaptée pour les cours d’eau à pente très forte de l’est de l’île. Des méthodes complémentaires comme l’observation en apnée pourraient être développées. D’autres types de matériels de pêche électrique, non disponibles sur l’île pour le moment, et délivrant un autre type de courant que celui délivré par les appareils disponibles devraient être testés également.

Le guide technique présentant les résultats et conclusions de cette mission d’expertise est à paraitre en fin d’année 2018.