Redéploiement de la campagne Remmoa en Guyane après un début de mission perturbé dans les Antilles

Milieu marin
Presse

Les conditions météorologiques ont contraint l’équipe de Remmoa (Recensement des mammifères marins et autre mégafaune pélagique par observation aérienne) à interrompre les survols de la zone Antilles. Les avions et les observateurs sont en partance pour la Guyane où les observations aériennes des mammifères marins, requins, raies, tortues marines, oiseaux marins et grands poissons pélagiques devraient débuter ce week-end dans des conditions plus favorables.

Comme toutes les Antilles françaises durement touchées, la mission Remmoa doit composer avec une saison cyclonique intense. Basés en Guadeloupe depuis la première semaine de septembre, les scientifiques avaient choisi cette fenêtre météo après l’étude de plusieurs années de relevés météo.

C’est en effet à cette saison que l’observation de la grande faune marine est la plus favorable avec des vents faibles, une mer calme en dehors du risque de dépression tropicale avéré. 

C’était sans compter sur une saison cyclonique d’une rare violence. Depuis le début du mois de septembre, Irma, José puis Maria se sont enchainés dans les petites Antilles avec les effets que l'on connaît malheureusement sur de nombreuses îles de la région. Ces ouragans ont eu des conséquences moins dramatiques sur la campagne Remmoa qui a cependant été très perturbée par des conditions d’observations très défavorables.

Seuls quelques survols ont pour l’instant pu être réalisés lors de rares accalmies. Comptant sur une météo plus clémente, l’équipe et ses deux avions vont rejoindre la Guyane pour arpenter ses eaux mettant en pause pour l’instant les survols de la zone Antilles.

Si les avions de Remmoa quittent le secteur, l’Agence française pour la biodiversité reste mobilisée sur les conséquences des cyclones sur les Antilles françaises et travaille au soutien à apporter aux îles touchées dans le cadre d’un plan interministériel en cours d’élaboration.