Sauvetage de civelles en Hauts-de-France Normandie et Ile-de-France

Événements
Police de l'environnement
Sensibilisation
Vie de l'établissement

Grâce à la coopération entre la Police nationale et l’Agence française pour la biodiversité (AFB), 19,2 kg de civelles saisies à l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle ont pu être réindroduits dans leur milieu naturel. 

Une forte mobilisation dans les services départementaux de la Somme, l’Essone et l’Ile-de-France

Le lundi 04 mars 2019 à 11 heures, 19,2 kg de civelles vivantes conditionnées dans deux valises en partance vers l’Asie ont été saisies par le 2e district de police judiciaire de la Police nationale à l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle. 

Sur instruction du magistrat, les civelles vivantes ont été confiées par la Police nationale, au service interdépartemental de l’AFB Seine-et-Marne/Essonne afin de les réintroduire au plus vite dans le milieu naturel.

Immédiatement, un transfert entre ce service interdépartemental et celui de la Somme est organisé afin de garantir un taux de survie optimal des civelles et permettre leur réintroduction en aval d’un fleuve côtier. 

A partir de 20h25, les civelles contenues dans les deux valises sont pesées. Chaque valise contient des sachets gonflés à l’oxygène et des civelles. Ces dernières, légèrement pigmentées, apparaissent en bon état physiologique malgré le dispositif sommaire qui permet de les garder en vie durant quelques heures. 

La pêche de la civelle

La pêche de la civelle est très réglementée et totalement interdite en mer Méditerranée et dans les cours d’eau s’y déversant.

L’AFB participe à la lutte contre la pêche illicite de civelles (alevin de l’anguille de moins de 12 cm), espèce faisant partie de la liste des espèces en danger critique d’extinction selon l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature). 

Un trafic international très organisé

Avant la réintroduction dans le milieu, les sachets sont déposés au bord de l’eau afin d’ajuster la température du conditionnement avec celle de la rivière. Après une heure d’échanges, les civelles sont progressivement introduites dans l’eau douce, réparties sur différents habitats en berge et en zone lentique (mares, fossés, zones humides…). A 22h15, toutes les civelles ont retrouvé le milieu naturel

Cette saisie est une preuve supplémentaire de l'organisation d'un véritable trafic international vers les pays asiatiques où le cours de la civelle approche les 2000 euros. La bonne coordination des services qui ont participé à cette saisie a été déterminante pour la remise à l’eau d’environ 58 000 petites anguilles.