Séminaire régional de concertation – Agence bretonne de la biodiversité

Connaissances
Événements
Politiques publiques
Territoires

Elus et techniciens de collectivités, responsables associatifs, scientifiques, se sont réunis mardi 4 décembre 2018 à Saint-Gilles, près de Rennes (Bretagne), autour du projet d’agence régionale de la biodiversité en Bretagne.

Initiée par le Conseil régional de Bretagne, l’Agence française pour la biodiversité (AFB), les services de l’Etat et l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne, et fortement soutenue par les Conseils départementaux d’Ille et Vilaine, des Côtes d’Armor et du Finistère, cette rencontre constitue la seconde étape d’un processus de co-construction plus large. Cette coordination d’acteurs et d’actions a débuté en juin 2017 et devrait aboutir à la création formelle de l’agence en janvier 2020.

Co-construire un établissement partenarial : l’Agence bretonne de la biodiversité

180 participants étaient présents à cette journée d’échanges et de partages. Afin de construire ensemble le futur établissement, 6 ateliers (autour de 5 thèmes) étaient proposés : 

  • Réseaux, 
  • Stratégies, 
  • Ingénierie et territoires, 
  • Connaissances et Education, 
  • Sensibilisation, 
  • Mobilisation. 

Ces exercices ont permis d’identifier les enjeux, de remarquer les manques dans les territoires, les besoins en outils et méthodes, de faire un état des lieux des réseaux… 

Grâce à ce travail collectif, l’Agence bretonne de la biodiversité (ABB) pourra se définir comme une plus-value, un ajout à ce qui manque actuellement sur le territoire. L’ABB sera un outil au « service des et avec les acteurs ».

Une agence pour faire face au défi de la régression de la biodiversité

Le projet d’Agence bretonne de la biodiversité vise à fournir une organisation régionale plus performante au service de l’action dans les territoires
La Bretagne n’échappe pas au constat mondial de régression de la biodiversité. Oiseaux communs, insectes, mammifères, tous sont touchés par un déclin  marqué. Les causes sont multiples :

  • surexploitation des ressources, 
  • destruction de lieux de vie importants pour les cycles biologiques des espèces, 
  • décalage des cycles saisonniers… 

La région Bretagne, consciente des richesses culturelles et économiques liées à ce patrimoine a développé des actions de préservation et de restauration d’habitats. Face au constat menaçant qui touche aussi les espèces et les espaces ordinaires, il convient aujourd’hui de multiplier les actions et d’accélérer leur mise en place.

Une amplification de la coordination du réseau d’acteurs pour une action plus efficace et durable

De nombreuses actions concrètes irriguent les réflexions du collectif. Des travaux de gestion de la donnée, utiles pour caractériser l’ampleur du phénomène de régression de la biodiversité, sont initiés. 

Des bases de données et des indicateurs régionaux émergent. Des guides méthodologiques à l’intention de techniciens spécialisés sont en cours de construction, mais aussi des outils d’aides à la décision, des supports de communication et de sensibilisation du citoyen. 

Les entreprises et agriculteurs seront également bénéficiaires des services de cette agence.

Une journée constructive

Cette journée a été constructive. Les participants, mêmes si certains semblaient inquiets en début de séminaire, ont su retrouver une sérénité grâce à ce temps de partage et d’échanges. 

Les prochains temps forts du projet sont la réunion du COPIL en février 2019 et la Conférence bretonne de la biodiversité en mars 2019.