Suppression de barrages et restauration écologique d’un fleuve de la baie du Mont Saint-Michel : un programme de suivi scientifique signé

Milieux aquatiques

Un programme de suivi scientifique a été signé par l’Inra et l’Agence française pour la biodiversité (AFB) au mois de mai suite à la décision du ministre de la Transition écologique et solidaire de démanteler 2 grands barrages sur la Sélune.

vignette_67_33
texte_p_67_33

Un projet qui date du Grenelle de l’environnement

Le projet d’arasement des 2 grands barrages sur la Sélune, dans la baie du Mont Saint-Michel, a été annoncé en 2009 suite au Grenelle de l’environnement. Dès 2012, l’Inra et l’Agence française pour la biodiversité ont collaboré à ce sujet au sein d’un pôle AFB-Inra.

Objectif du programme scientifique pluridiscplinaire

Il s'agit d'étudier les mécanismes de restauration des continuités écologiques pour ce type d’opération unique en France et en Europe. La convention-cadre de recherche vient d’être signée début mai 2018 avec les principaux partenaires du programme.

Un programme scientifique inédit sur un projet hors norme

Les barrages sont à l’origine de modifications significatives des cours d’eau. Ils modifient :

  • la circulation de l’eau (débit, tracé…),
  • sa température,
  • les flux biologiques et biogéochimiques.

En France, aucun cas d’étude d’enlèvement de barrage n’a été véritablement documenté jusqu’à présent.

Ce programme scientifique interdisciplinaire est donc une première, et concerne 2 barrages de 16 et 36 m de long sur un même fleuve.
Le suivi à long terme doit apporter un retour d'expérience sur les aspects à la fois écologiques et sociologiques de cette expérience grandeur nature, avant et après démantèlement des barrages.

Autant de questions qui ne manqueront pas de se poser, dans les années qui viennent, du fait du vieillissement de nombreux ouvrages hydroélectriques, en France et dans le monde.