Pascal Vardon nommé directeur du Parc amazonien de Guyane

Espaces protégés
Politiques publiques
Vie de l'établissement

Nommé par arrêté ministériel du 20 décembre 2018, Pascal Vardon, ingénieur général des ponts, des eaux et des forêts a pris ses fonctions de directeur du Parc amazonien de Guyane le 1er février. Il succède à Gilles Kleitz, appelé à d’autres fonctions.

Ingénieur polyvalent dans les domaines de l’environnement, de l’eau, de l’agriculture, des forêts, du développement rural, de la prévention des risques naturels, de l’aménagement, du logement et de l’urbanisme, Pascal Vardon était précédemment à la tête de la Direction départementale des territoires et de la mer de la Haute-Corse.

Un parcours professionnel diversifé

A 55 ans, son parcours professionnel est diversifié, tant sur le plan thématique que géographique.

Il a en effet exercé ses fonctions dans les domaines des travaux ruraux, de la gestion des moyens et des ressources humaines, dans l’Hexagone et en Afrique.

Pascal Vardon a occupé des postes de direction dans différentes structures : Direction départementale de l’agriculture et de la forêt des Pyrénées Orientales, Direction départementale des territoires et de la mer des Bouches-du-Rhône, Office national de l’eau et des milieux aquatiques inter-régions Méditerranée…

Au début des années 2010, il a contribué à la préfiguration du 10° Parc national français, celui des Calanques, officiellement créé en 2012.

«Occuper la fonction de directeur du Parc amazonien est pour moi, un défi à relever, celui de la réussite de l’entreprise Parc national, déclinée à la mode Parc amazonien de Guyane, c’est à dire avec sa composante naturelle liée à la diversité biologique exceptionnelle, sa composante humaine liée au développement des communautés locales, et sa composante de lutte contre le fléau de l’orpaillage illégal», indique le nouveau directeur.

Pascal Vardon a déjà eu l’occasion de travailler en Guyane : en 1997, il avait réalisé un inventaire forestier sur la piste de Saint-Elie avec le Sylvo-Lab de Kourou.

Le rattachement des parcs nationaux à l’Agence française pour la biodiversité

Pascal Vardon intègre le réseau des 10 parcs nationaux de France et du projet de Parc national des forêts de Champagne-Bourgogne et son instance représentative, le collège des directeurs, actuellement présidé par Christophe Viret, directeur du Parc national du Mercantour.

Siègent au collège :  Eva Aliacar (la Vanoise), Anne Legile (les Cévennes), Pierre Commenville (les Ecrins), Marc Duncombe (Port-Cros), François Bland (les Calanques), Marc Tisseire (les Pyrénées), Jean-Philippe Delorme (La Réunion), Maurice Anselme (la Guadeloupe) et Hervé Parmentier (GIPFCB).

La loi biodiversité prévoit le rattachement des parcs nationaux à l’Agence française pour la biodiversité (AFB), effectif depuis le 1er janvier 2017.

Un réseau et des groupes de travail pour plus de synergie et de mutualisation 

Si les parcs nationaux restent des établissements publics avec leur propre conseil d’administration, l'Agence assure pour le compte de leur réseau des services administratifs communs (gestion des ressources humaines, paie, comptabilité, services informatiques). Le rattachement permettra d’aller encore plus loin en termes de synergie et de mutualisation.

De plus, l'Agence reprend la fonction de tête de réseau des parcs nationaux et notamment l'animation d'une douzaine de groupes de travail scientifiques, juridiques et techniques inter-parcs.

Ces groupes de travail ont pour objectifs de :

  • mutualiser leurs expériences, 
  • élaborer des stratégies communes, 
  • construire des projets collectifs,
  • rédiger des synthèses thématiques transversales.

Dans ce cadre, les liens techniques entre l'AFB et les parcs nationaux seront renforcés dans le domaine de la connaissance, notamment pour :

  • la coordination des stratégies scientifiques
  • l'élaboration des protocoles d'inventaires et de suivi des espèces et des milieux naturels
  • la collecte et la mutualisation des données d'observations
  • la coopération avec la recherche scientifique
  • la valorisation de l'expertise de leurs agents.