PARTAGER

Zoom sur la lutte contre le braconnage de la tortue marine à Mayotte

De la tortue Luth à la tortue verte, il existe dans le monde sept espèces de tortues marines. D’après la liste rouge de l’UICN, toutes les espèces de tortues marines sont menacées. Ainsi :

  • la tortue à dos plat est classée « vulnérable » ;

  • la tortue olivâtre, la tortue verte et la tortue caouanne sont classées « menacées d’extinction » ;

  • la tortue imbriquée, la tortue luth et la tortue de Kemp sont classées « gravement menacées d’extinction ». 

Des 7 espèces de tortues marines du monde, cinq fréquentent les eaux de Mayotte.

 

Le braconnage, première menace pesant sur la tortue marine de Mayotte

vignette_67_33
texte_p_67_33

Les principales menaces à l’origine de la mortalité des tortues marines de Mayotte sont :

  • le braconnage,
  • les engins de pêche,
  • la prédation par les chiens errants,
  • l’ingestion de déchets.

Cependant, parmi ces menaces, le braconnage est la première cause de mortalité des tortues marines de Mayotte.

Très appréciée à Mayotte, la viande de tortue peut se vendre entre 5 et 15 euros le kilo. Une tortue marine pouvant peser jusqu’à 150 kilos et réaliser jusqu'à cinq pontes pendant la saison de reproduction, les bénéfices peuvent être élevés.

Les braconniers, équipés d’armes blanches (sabres, couteaux), traquent les tortues la nuit lorsqu’elles montent sur les plages pour pondre.

 

Le service départemental de l’AFB, chef de file de la lutte contre le braconnage à Mayotte

Dans le cadre de ses missions de lutte contre les atteintes à l’environnement, le service départemental de Mayotte de l'AFB compte 7 inspecteurs commissionnés et assermentés

Ils consacrent 40 % de leur activité à des enquêtes et des opérations de lutte contre le braconnage des tortues marines.

Le Parc naturel marin de Mayotte compte également deux inspecteurs de l’environnement, qui contribuent aussi à la lutte contre le braconnage.

Les interventions de ces services permettent régulièrement de secourir des animaux en détresse et d’appréhender des braconniers.

Réseau échouage de mammifères marins et de tortues marines de Mayotte (REMMAT)

Entièrement composée d’agents de l’AFB, l’équipe du Parc naturel marin de Mayotte, mène toute l’année de nombreuses actions de sensibilisation au respect de l’environnement marin en général et des tortues marines en particulier.

vignette_67_33
texte_p_67_33

Ainsi, elle anime le Réseau échouage de mammifères marins et de tortues marines de Mayotte (REMMAT), créé en 2010 et constitué de 13 organismes et d’une centaine de personnes.

REMMAT a pour objectifs de :

  • recenser les animaux morts ou en détresse et les secourir ;
  • améliorer la connaissance en collectant et analysant les données (fiches de recensement d’échouages, échantillons biologiques...).

Ainsi, le réseau permet de :

  • savoir quelles sont les principales menaces qui pèsent sur ces espèces ;
  • caractériser les pratiques, les sites et l’impact du braconnage.

Chaque année, il recense plus de 400 cas de tortues mortes à Mayotte, dont plus de 80% ont été braconnées. 

Le REMMAT préconise la mise en place urgente d’un centre de soin pour assurer la prise en charge des animaux blessés.